Categories
Culture Diaspora Grands entretiens Tama Média La Une de l'actualité africaine par Tama Média Tama Média site d'actualité africaine blog

Festival de Cannes : le réalisateur malien Souleymane  Cissé récompensé du prix du Carrosse d’or

Par Ambre Delcroix
May 20, 2023
4 min

Le 17 mai dernier, à l’ouverture de la Quinzaine des cinéastes du Festival de Cannes, le prix du Carrosse d’Or a été décerné au malien Souleymane Cissé. Cette récompense attribuée par la Société des réalisateurs de films vient saluer la carrière inédite de ce pionnier du cinéma africain.

Souleyman Cisse Cannes 2023

Lauréat du Prix du jury à Cannes pour le film “Yeelen“, en 1987, il regrette que depuis, le cinéma africain ne soit pas plus valorisé dans le monde. A l’aube de ses quatre-vingt-trois ans, pour Tama Média il revient sur son parcours. 


D’où vous vient cette vocation pour le cinéma ?

Je suis attaché au cinéma depuis mon enfance. Quand j’avais cinq ans, j’ai été au cinéma pour la première fois avec mon père, j’ai été ébloui.Ensuite j’y suis allé dès que je pouvais, avec lui ou tout seul. A l’époque, les salles de cinéma de Bamako que je fréquentais s’appelaient le Rex, le Vox, le Soudan Ciné. C’est un film documentaire sur l’arrestation de Patrice Lumumba en 1961 qui a déclenché chez moi une réelle volonté de faire du cinéma. J’avais vingt-et-un ans.En 1963, j’ai obtenu une bourse pour suivre un stage de projectionniste et j’ai poursuivi avec des études de cinéma à l’Institut des Hautes Études Supérieures de la Cinématographie (VGIK) de Moscou.

Vous faites des films dans un style social qui reflète la réalité locale.Pourquoi ce choix ?
Je suis né au Mali dans une famille modeste de huit enfants. Après mes études de cinéma, quand je suis rentré au Mali en 1970, j’ai travaillé comme cameraman-reporter au service cinématographique du ministère de l’Information. J’ai pu parcourir le Mali de long en large, caméra à l’épaule, pendant trois ans et réalisé plusieurs documentaires. J’ai décidé de faire du cinéma pour exprimer ce qui me dérangeait profondément dans notre société. Je voulais dénoncer l’injustice et aborder des sujets universels ! Tous les films que j’ai réalisés sont encore d’actualité aujourd’hui. Il existe beaucoup d’autres leviers d’expression mais le cinéma est un bon moyen de porter sa voix et d’attirer l’attention sur un sujet en particulier. Il est certain que le cinéma social est dans mon ADN.

 Le cinéma africain est très peu distribué ou vu à l’international. Quelles en sont les raisons ?

Au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria, il y a une grande vitalité dans le cinéma mais malgré la qualité et la quantité grandissantes, il subsiste un certain mépris du travail proposé par les cinéastes africains. De manière générale, seuls les films américains sont distribués dans le monde entier. La plupart des autres cinémas sont vus dans le pays producteur et pas beaucoup ailleurs. En Europe, en Asie ou en Amérique, chacun a créé un univers permettant de protéger ses films. En Afrique, nous n’avons pas encore pu faire cela. Il faut que les réalisateurs africains s’unissent pour protéger et porter les films du continent vers l’international.De plus, nos films sont malheureusement privés de la chance d’être vus par les spectateurs européens et américains car il persiste une certaine censure qu’il faudrait casser. Il est indispensable de faciliter la sortie des films africains dans les grandes salles populaires.J’ai eu cette chance de voir mes films distribués à l’extérieur du continent, mais il y en a tellement d’autres qui le méritent également. Priver le public de tels films, c’est nourrir une forme d’incompréhension sur l’Afrique, mais j’ai bon espoir que cela change dans les années à venir. Ce que nous n’avons pas pu faire, la nouvelle génération y arrivera !

Que représente pour vous ce Carrosse d’Or ?

Cannes 2023 Couleyman Cisse Carosse dOr 1
Souleymane Cissé récompensé du prix du Carrosse d’or, Festival de Cannes

Recevoir ce prix du Carrosse d’or à Cannes est un message d’espoir pour la jeunesse africaine. Je l’ai reçu mais pour moi il est dédié à la jeunesse du monde entier. Il est temps que nous changions les données, les injustices de ce monde, et le cinéma peut permettre aux jeunes générations d’y arriver. De mon côté, j’espère qu’il me permettra de me lancer dans un style cinématographique différent. J’ai envie de m’essayer à la science-fiction pour raconter le monde autrement.