Categories
sécurité Explique-moi Le Labo des chercheurs Tama Média site d'actualité africaine blog

Terrorisme : Ansar al-Sunna, au Mozambique et Boko Haram, au Nigeria : des similitudes frappantes 

Par Tama Média
Jul 16, 2023
7 min

Le terrorisme est un problème mondial qui touche de nombreux pays. Jusqu’en 2017, cependant, l’Afrique australe était largement épargnée par ce phénomène. Le conflit sanglant déclenché par Ansar al-Sunna dans le nord du Mozambique a depuis changé le paysage sécuritaire de la région.

Mozambique groupe terroriste
Des combattants du groupe terroriste mozambicain Ansar al-Sunna



Analyse par Theo Neethling, Professeur de sciences politiques au Département des études politiques et de la gouvernance à l’Université de Free State de Bloemfontein en Afrique du Sud.

Ansar al-Sunna, également appelé Al-Shabaab Mozambique, est un mouvement extrémiste islamique qui s’est imposé dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique. Malgré l’intervention militaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et du Rwanda depuis 2021, l’insurrection sanglante est loin d’être étouffée.

Les objectifs et les opérations du groupe, ainsi que les défis qu’il pose, sont similaires à ceux des groupes terroristes les plus redoutés dans d’autres pays africains. Il s’agit en particulier d’Al Shabaab en Somalie et de Boko Haram au Nigeria.

Boko Haram constitue une menace importante pour l’État nigérian depuis 2009. Il a également porté atteinte à la sécurité de plusieurs États voisins. Il exploite la fragilité des États et les difficultés socio-économiques qui en résultent. La pauvreté touche de manière disproportionnée la région rurale du nord, où Boko Haram est le plus actif.

Des décennies de recherche sur les conflits en Afrique m’ont fait prendre conscience des similitudes entre Ansar al-Sunna et Boko Haram. Cela m’a incité à comparer leurs origines, leurs doctrines et leurs actes de terreur.

J’ai récemment présenté un document sur le sujet lors d’une conférence en Allemagne. Ce document traite des points suivants : 

– l’émergence des deux groupes

– leurs liens idéologiques et leurs liens avec les groupes djihadistes régionaux et internationaux

– les conditions socio-économiques qui facilitent le radicalisme et le recrutement

– les sources de financement des deux groupes

– les mesures de sécurité prises par les gouvernements nigérian et mozambicain.

Les Similitudes : 

La première similitude est qu’Ansar al-Sunna (“les jeunes” en arabe) et Boko Haram sont tous deux apparus comme des mouvements islamistes militants déterminés à établir des califats islamiques dans leurs pays.

Au Nigeria, Boko Haram a entrepris de se séparer de la société laïque et d’attirer des élèves de familles musulmanes pauvres dans une école islamique de l’État de Borno. Son fondateur, Mohammad Yusuf, affirmait que l’islam interdisait l’éducation occidentale. Le groupe a fini par dépasser le cadre de l’éducation occidentale pour s’attaquer au système politique du Nigeria. Il s’en prend notamment à la constitution, à l’hymne national, au drapeau national et à d’autres symboles officiels du pays.

Ansar al-Sunna n’était pas non plus très actif politiquement au départ. Il a commencé par rejeter les systèmes éducatifs, sanitaires et juridiques du Mozambique pour des raisons religieuses. Il exigeait de ses adeptes qu’ils soutiennent les services alternatifs proposés dans ses mosquées – une sorte de contre-société.

Deuxièmement, il n’existe aucune preuve réelle et documentée du contrôle direct de Boko Haram ou d’Ansar Al-Sunna par des djihadistes étrangers. Cela implique un contexte et des moteurs locaux forts. Mais il existe des liens ou des sentiments idéologiques évidents. Les deux mouvements communiquent avec des groupes djihadistes régionaux ou internationaux. Les États-Unis affirment que les deux mouvements sont liés à ISIS. Ils relient également Boko Haram à Al-Qaïda.

Troisièmement, je soutiens dans mon article que Boko Haram et Ansar al-Sunna sont largement financés par des sources douteuses et illégales. Pour Boko Haram, le vol de bétail transfrontalier est une source de revenus substantielle. Il en va de même pour les rançons versées pour les enlèvements, les braquages de banques et la collecte d'”impôts”.

Ansar al-Sunna se finance principalement auprès d’hommes d’affaires locaux et grâce à l’argent liquide et aux biens saisis lors d’attaques.

La fragilité des institutions publiques et les limites de la sécurité de l’État expliquent la capacité des deux mouvements à obtenir des fonds et des armes de gros calibre.

Quatrièmement, des conditions socio-économiques médiocres, voire désespérées, ont permis à Boko Haram et à Ansar al-Sunna d’émerger dans les paysages politiques du Nigeria et du Mozambique. Tous deux opèrent dans les régions les moins gouvernées et les plus pauvres de leurs pays – le nord-est du Nigeria et le nord du Mozambique.

Ces mauvaises conditions sont typiques de la fragilité de l’État et d’un État limité. Parmi les quelque 40 % de Nigérians vivant dans la pauvreté en 2018-2019, près de 85 % vivaient dans des zones rurales. Près de 77 % se trouvaient dans le nord du pays, majoritairement musulman. Au Mozambique, Cabo Delgado affiche un taux d’analphabétisme d’environ 60 %. Certaines des écoles et des installations sanitaires les plus médiocres du pays se trouvent à Cabo Delgado. Le taux de chômage atteint 88 %.

Il existe un parallèle frappant entre l’inégalité et l’exclusion socio-économique des régions touchées. Dans les deux cas, le gouvernement central et les institutions publiques concernées sont tout simplement absents, ou ne peuvent pas répondre aux besoins fondamentaux de leurs populations. Ils ne fournissent pas d’écoles, d’hôpitaux, de routes et d’autres infrastructures publiques. Ils connaissent un chômage massif des jeunes, la corruption, la pauvreté et le sous-développement.

Cinquièmement, les deux groupes militants ont suscité des réponses sécuritaires musclées de la part des gouvernements respectifs. Les affrontements entre Boko Haram et l’État nigérian ont finalement conduit à l’instauration de l’état d’urgence en 2013 dans trois États du nord-est. Mais la campagne violente du groupe s’est intensifiée, prélevant un lourd tribut en vies humaines et en biens.

Dans les deux pays, la dynamique et les problèmes de l’insurrection nécessitaient des solutions politiques et économiques. Il s’agit de stratégies qui s’attaquent aux causes profondes du conflit. Au lieu de cela, des réponses militaires régionales ont été déclenchées – par la CEDEAO au Nigeria, et par la SADC et le Rwanda au Mozambique. Ces deux interventions sont entravées par l’insuffisance des ressources et des financements. Cela exclut clairement une solution ou une victoire militaire.

Perspectives d’avenir

La fragilité des États et les limites de la gouvernance n’ont pas seulement fourni un terrain fertile à la montée en puissance de Boko Haram et d’Ansar al-Sunna. Elles empêchent également les institutions publiques compétentes du Nigeria et du Mozambique de résoudre le problème.

L’inégalité et l’exclusion socio-économique dans le nord-est du Nigeria et le nord du Mozambique se poursuivent

Les gouvernements centraux et les institutions de l’État sont incapables de faire face aux conditions socio-économiques désastreuses et à l’instabilité qui en découle.

C’est pourquoi les efforts de lutte contre l’insurrection n’ont eu qu’un impact limité. Le conflit dans le nord du Mozambique pourrait devenir une longue guerre de basse intensité, comme au Nigeria et en Somalie. À moins que les autorités n’adoptent des mesures anti-insurrectionnelles allant au-delà des opérations militaires.

Par Theo Neethling, Professeur de sciences politiques au Département des études politiques et de la gouvernance à l’Université de Free State de Bloemfontein en Afrique du Sud.