Categories
Explique-moi La Une de l'actualité africaine par Tama Média Le Labo des chercheurs Politique Tama Média site d'actualité africaine blog

Élections en RDC : l’héritage de la famille Kabila pèse sur le scrutin

Par Redaction
Dec 25, 2023
7 min

Joseph Kabila a été président pendant 18 ans, jusqu’à ce que Félix Tshisekedi prenne le relais en 2019. La Constitution de la RDC prévoit deux mandats de cinq ans, mais il est resté au pouvoir en retardant les élections. Il exerce une influence considérable sur les plans politique, militaire et économique. Jonathan R. Beloff est un politologue qui étudie la politique et la sécurité de la République démocratique du Congo, du Rwanda, du Burundi et de l’Ouganda. Nous lui avons posé quelques questions.

Elections en RDC : l'héritage de la famille Kabila pèse sur le scrutin
Elections en RDC : l’héritage de la famille Kabila pèse sur le scrutin

Quelle est la place de la famille Kabila dans la politique de la RDC ?

Joseph Kabila a été le quatrième président du pays. Il a pris ses fonctions après l’assassinat de son père, Laurent, qui a été tué par son garde du corps en 2001. Joseph a ensuite remporté les élections présidentielles de 2006 et de 2011.

L’élection surprise de Félix Tshisekedi en 2018, qui a pris le pouvoir en janvier 2019, a interrompu plus de deux décennies de règne de la famille Kabila. À l’époque, la Constitution interdisait à Joseph de se présenter à l’élection présidentielle – et il avait déjà dépassé son deuxième mandat de plus de trois ans.

La famille Kabila est devenue une puissance politique après avoir pris le contrôle du pays en 1996. Avec l’aide d’autres pays, tels que les voisins ougandais, angolais et rwandais, l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo, sous la direction de Laurent Kabila, a renversé le dictateur zaïrois de longue date, Mobutu Sese Seko. C’était pendant la première guerre du Congo (1996-1997).

Le mandat de Laurent a été marqué par l’inefficacité et la corruption. En moins de deux ans, il a renvoyé son ministre de la Défense, le Rwandais James Kabarebe, et commencé à armer les forces anti-rwandaises. Ces forces comprenaient des acteurs ayant participé au génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda.

Laurent prétendait que son gouvernement soutenait ces forces uniquement après la tentative du Rwanda de renverser son régime.

La sanglante deuxième guerre du Congo (1998 – 2003) a fait au moins deux millions de morts, dont la plupart étaient dus à la maladie et à l’extrême pauvreté plutôt qu’à la guerre elle-même. Bien que la tentative d’invasion de la capitale Kinshasa par Kabarebe en 1998 ait échoué, la vaste RDC a été divisée en sphères d’influence pour différentes nations et leurs groupes rebelles alignés. Ce statu quo n’a commencé à se briser qu’après l’assassinat de Laurent, qui a conduit à l’ascension de son fils Joseph.

Joseph a appris la stratégie militaire, les tactiques et la politique auprès de Kabarebe. Les deux hommes ont travaillé ensemble après la deuxième guerre du Congo pour débusquer de nombreuses forces anti-rwandaises. Il s’agissait notamment des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda. Ils ont également fait campagne ensemble lors de l’élection présidentielle de 2011, que Joseph a remportée.

Joseph s’est d’abord présenté comme un réformateur qui mettrait fin à la deuxième guerre du Congo et poursuivrait des politiques visant à stimuler le développement politique et économique. Cependant, l’instabilité dans l’Est du Congo a persisté sous son règne, avec des accusations de corruption massive qui a sapé le développement de la nation.

Quelle est l’influence de Joseph Kabila aujourd’hui ?

Joseph Kabila Tshisekedi

Joseph Kabila est toujours fortement présent au sein des institutions politiques, économiques et militaires du Congo. Il dispose de réseaux solides développés au cours de 18 ans au pouvoir. Il pourrait utiliser cette influence pour faire basculer le vote en faveur de l’un ou l’autre des candidats.

Son influence découle des alliances commerciales et politiques favorables qu’il a créées lorsqu’il était président. Comme Mobutu, Kabila a utilisé ses vastes ressources financières pour s’assurer des relations favorables avec des chefs d’entreprise congolais et étrangers. Une fuite de documents en 2021 a révélé que Kabila avait reçu plus de 138 millions de dollars US provenant de la corruption et de pots-de-vin. Il y avait des allégations selon lesquelles, l’ancien président avait dans un premier temps convaincu Tshisekedi d’accepter un accord de partage du pouvoir. Selon cet accord, Tshisekedi serait président, tandis que Kabila contrôlerait les décisions politiques en coulisses. La quasi nomination de Ronsard Malonda au poste de président de l’organe électoral illustre l’influence politique de Kabila. Malonda a occupé des postes à responsabilités lors des élections de 2006, 2011 et 2018. Il a été accusé d’avoir truqué les résultats en faveur de Kabila.

Ces accusations ont profité à la campagne électorale de Tshisekedi. Il s’est présenté comme un candidat qui n’est pas lié à la corruption en RDC.

Si Kabila décide de faire campagne, la dynamique politique au sein d’une grande partie de la société civile, de l’armée et de l’économie congolaise sera divisée. Les ministres et les fonctionnaires du gouvernement seront contraints de soutenir soit le président sortant, soit le candidat préféré de Kabila.

Qu’est-ce que Tshisekedi était censé changer après avoir mis Joseph Kabila en déroute ?

Il y avait au départ l’espoir que le gouvernement de Tshisekedi favoriserait la paix dans l’Est du Congo, établirait une plus grande unité nationale et aiderait à résoudre les problèmes économiques du pays après des décennies de corruption et de conflit. Cependant, ces problèmes ont persisté.

Initialement, Amnesty International a salué Tshisekedi pour avoir gracié des prisonniers politiques et permis une plus grande ouverture de l’espace public pour les critiques du gouvernement congolais.

Il a également entamé des enquêtes sur les transactions minières passées sous les gouvernements de Kabila. En tant que président de l’Union africaine de 2021 à 2022, il a plaidé en faveur d’une plus grande attention à la pandémie de Covid-19 et a promu la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Malgré les tentatives initiales de promouvoir des relations plus significatives avec le Rwanda, les relations se sont détériorées en 2022. Cela s’est produit après que le gouvernement congolais a accusé le Rwanda de soutenir les rebelles du M23.

Le Rwanda a nié ces allégations. Il a également accusé le gouvernement de Tshisekedi d’être hostile à la population tutsi congolaise – les Banyamulenge – qui sont historiquement liés aux Rwandais.

Le département d’État américain a exprimé son inquiétude quant à la rhétorique anti-Banyamulenge de Tshisekedi, ainsi qu’au caractère démocratique et transparent des prochaines élections.

La stratégie de campagne de Tshisekedi semble se concentrer sur la promotion de la sécurité dans l’Est de la RDC, non seulement en battant le M23, mais aussi en attaquant le Rwanda pour son ingérence dans les affaires congolaises. Cette approche sécuritaire de la question des Banyamulenge et du Rwanda – la manipulation politique pour attiser la peur du public – a contribué à désamorcer les critiques internes du régime de Tshisekedi.

La tenue des élections est une autre source de préoccupation. Certains craignent que Tshisekedi retarde ou annule les élections en invoquant des problèmes de sécurité. Si cela se produit, cela pourrait être perçu par les partenaires nationaux et internationaux comme une ingérence politique du régime au pouvoir.

Jonathan Beloff, Postdoctoral Research Associate, King’s College London

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.