Categories
sécurité La Une de l'actualité africaine par Tama Média Le Lab Afrique Reportages Afrique Tama Média site d'actualité africaine blog

Les accidents de la route, un fléau africain

Par Christian Allahadjim
Jan 11, 2023
3 min

C8E8DBEA B7F7 4C1C BA98 68BEE590D98A

La collision entre deux bus faisant au moins 39 morts à Kaffrine au Sud-Est de Dakar a relancé les débats autour de la sécurité routière en  Afrique. Selon les données de l’Organisation mondiale de Santé (OMS), l’Afrique affiche un des pires taux de mortalité routière au monde. 

Les routes africaines sont-elles maudites ? Telle est la question que l’on se pose si l’on s’en tient aux différentes statistiques sur les accidents de la route en Afrique établies par de grandes institutions en la matière. 

En Afrique, les accidents de la route sont fréquents, et souvent meurtriers. Le dernier en date qui a relancé les débats autour de la sécurité routière est celui qui s’est produit le 8 janvier 2023 à 250 Km de Dakar au Sénégal. Au moins 39 morts. Dans la même semaine, une collision entre autocars a fait 14 morts à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, une autre a fait 18 morts au nord du Nigéria. Ces accidents sont devenus un fléau pour certains africains qui paniquent à l’idée de voyager par la voie terrestre.

L’un des pires taux de mortalité

Selon l’OMS, l’Afrique affiche l’un des pires taux de mortalité routière au monde. 26,6 décès pour 100 000 habitants, soit près de trois fois plus élevé qu’en Europe. Dans un classement établi par la plateforme de services de santé World Life Expectancy à partir des données de l’OMS, la République dominicaine est le pays avec le taux le plus élevé de décès dus aux accidents de la route au monde. Elle est suivie par plusieurs pays africains. Il s’agit notamment du Zimbabwe, du Malawi, du Libéria, de l’Érythrée ou encore du Kenya.

Toujours selon l’OMS, la plupart des accidents en Afrique sont causés par la conduite à l’état d’ivresse, le non-respect des panneaux de signalisation et l’excès de vitesse. En dehors ces causes principales, l’on peut citer aussi le manque d’entretien des véhicules, le mauvais état des routes mais aussi d’erreurs de conduite. Dans le cas de la collision à Kaffrine au Sud Est de Dakar, les premiers éléments de l’enquête  mettent en cause l’éclatement d’un pneu de l’un des véhicules. 

Sénégal, des mesures de lutte contre l’insécurité routière après l’accident de Kaffrine

Au lendemain de cet accident le plus meurtrier de l’histoire du pays, le gouvernement sénégalais a pris des mesures fortes. Ainsi, les voyages de nuit sont interdits à partir de 23h à 5h ; les compteurs de vitesse seront plombés à 90Km/h. Ces mesures viennent s’ajouter à celles prises en 2017, l’année où le gouvernement avait interdit la surcharge des véhicules. Des mesures similaires ont été prises au Tchad où une collision a fait aussi près de 40 morts en mars 2022. Mesures souvent critiquées par des usagers qui traitent les gouvernements de jouer « le médecin après la mort ».

 « La route ne tue pas mais c’est nous qui tuons », chantait ainsi le musicien camerounais Black Roger’s. Mais au vu de l’actualité, force est de constater que de nos jours, en plus des hommes, la route elle-même tue par sa dégradation.

Christian Allahadjim

By Christian Allahadjim

Correspondant à N'Djamena au Tchad