Categories
Économie Explique-moi La Une de l'actualité africaine par Tama Média Politique Tama Média site d'actualité africaine blog

Les pays africains ont perdu le contrôle au profit de sociétés minières étrangères : les trois étapes qui ont permis cela

Par Tama Média
Jan 19, 2024
9 min

Quelques années après les indépendances, les gouvernements africains ont affirmé leur souveraineté sur leurs ressources métalliques et minérales. Auparavant, les ressources étaient exploitées par des sociétés minières européennes. Depuis les années 1990, les sociétés transnationales en tant que propriétaires et gestionnaires de grands projets miniers sont redevenues la force dominante.

Mine site en Afrique

Ben Radley a fait des recherches sur les transformations économiques en Afrique centrale, en se concentrant particulièrement sur l’industrialisation basée sur les ressources. Dans cet extrait de son nouveau livre, Disrupted Development in the Congo : The Fragile Foundations of the African Mining Consensus, il soutient que le retour des transnationales s’est fait en trois étapes. Il commence par la lecture erronée qu’on fait de la stagnation économique africaine à partir du milieu des années 1970. La cession de la souveraineté sur les ressources a été rendue possible par la pathologisation de l’État africain et la diabolisation des exploitants miniers africains.

Première étape : blâmer l’État africain

En République démocratique du Congo (RDC), le président Joseph-Désiré Mobutu a, dès le début, pris des mesures pour placer les ressources sous le contrôle de l’État. La Loi Bakajika de juin 1966 exigeait que toutes les sociétés étrangères établissent, avant la fin de l’année leur siège social en RDC, alors connue sous le nom de Zaïre. En outre, la plus grande filiale minière coloniale appartenant à la Belgique, l’Union minière de Haut Katanga, a été nationalisée la même année. Elle devient la Générale des carrières et des mines (Gécamines). En 1970, le secteur public congolais contrôlait 40 % du revenu national.

La nationalisation n’a pas eu d’effets négatifs immédiats. En RDC, la production de cuivre a augmenté régulièrement entre 1960 et 1974, passant d’environ 300 000 tonnes à 500 000 tonnes. Au cours de la même période, elle est passée de 500 000 tonnes à 700 000 tonnes en Zambie.

En RDC, les recettes de l’État ont triplé, passant de 190 millions de dollars US en 1967 à 630 millions de dollars US en 1970. Un système national de santé comptant 500 000 employés a été mis en place. Il était considéré comme un modèle de soins de santé primaires dans les pays du Sud. Le pays avait également atteint un taux de scolarisation primaire de 92 % et avait amélioré l’accès aux secteurs secondaire et tertiaire.

Mais peu de temps après, le prix du pétrole a commencé à augmenter. Les prix des produits de base ont chuté en raison de la récession dans le Nord. En RDC et en Zambie, le prix du cuivre s’est effondré, passant de 1,40 de dollars face à la livre en avril 1974 à 0,53 dollars par rapport à la livre au début de 1975, avant de stagner par la suite. À peu près au même moment, de 1973 à 1977, le coût des importations de pétrole a quadruplé. En outre, à mesure que les remboursements des prêts aux gouvernements africains arrivaient à échéance, les taux d’intérêt sur ces prêts ont commencé à augmenter, les États-Unis cherchant à maîtriser l’inflation par le biais de leur politique monétaire.

Les niveaux de production minière ont stagné ou chuté. La croissance s’est ralentie et la dette a augmenté sur tout le continent. Entre 1980 et 1988, 25 pays africains ont rééchelonné leur dette 105 fois. En RDC, les exportations de cuivre et de cobalt ont fortement diminué et se sont finalement effondrées au début des années 1990.

Bien entendu, les chocs extérieurs n’ont pas été la seule cause d’un tel renversement de situation. Les mesures de nationalisation prises en 1973 et 1974 ont été mal planifiées et mises en œuvre et ont pris une mauvaise tournure. L’agriculture avait été négligée, recevant moins de 1 % des dépenses de l’État entre 1968 et 1972, et le secteur manufacturier congolais était en déclin.

Pourtant, la prise en compte de l’impact des chocs extérieurs, ainsi que la reconnaissance des progrès réalisés par les gouvernements africains nouvellement indépendants dans le court laps de temps qui s’est écoulé jusqu’à cette période, ont été largement absentes des analyses influentes des années 1980 qui cherchaient à comprendre les causes de la stagnation économique de l’Afrique à partir du milieu des années 1970.

Au lieu de cela, les interventions mal pensées des États africains et la corruption gouvernementale ont été avancées comme principales explications, à l’exclusion d’autres facteurs.

Deuxième étape : la Libéralisation et la privatisation

Entre 1980 et 2021, la Banque mondiale a accordé 1,1 milliard de dollars de subventions et de prêts au secteur minier à 15 des 17 pays du continent riches en minerais et à faible revenu. Cela a donné à la Banque une marge de manœuvre importante pour mettre en œuvre sa vision stratégique sur la façon dont l’exploitation minière devrait être organisée et gérée :

Le secteur privé devait prendre les devants. Les investisseurs privés devraient être propriétaires et exploitants des mines. Les sociétés minières d’État existantes devraient être privatisées dès que possible.

Le cadre réglementaire ayant été révisé, les investissements étrangers ont été libérés pour chercher de nouvelles opportunités. L’exploration minière en Afrique est passée de 4 % du total des dépenses d’exploration minière dans le monde en 1991 à 17,5 % en 1998. L’investissement minier global en Afrique a doublé entre 1990 et 1997.

Le début de la flambée des prix des matières premières en 1999 a donné un nouvel élan. En 2004, les 15 milliards de dollars investis dans l’exploitation minière en Afrique représentaient 15 % du total des investissements miniers dans le monde, contre 5 % au milieu des années 1980. De 2002 à 2012, une période couvrant la majeure partie du supercycle, les dépenses d’exploration minière en Afrique ont augmenté de plus de 700 %, atteignant 3,1 milliards de dollars en 2012.

L’augmentation spectaculaire de la croissance des investissements directs étrangers depuis les années 1990 a modifié les composantes de ces économies, qui sont devenues de plus en plus dépendantes des investissements directs étrangers comme source de financement du développement. Ce niveau de dépendance est plus important aujourd’hui par rapport à d’autres groupes de pays et régions.

La logique sous-jacente de la stratégie minière africaine de la Banque mondiale demeure toujours. En 2021, celle-ci avait des programmes de réforme minière en cours dans sept pays africains allant du Niger (100 millions de dollars) à la République centrafricaine (10 millions de dollars). Chaque programme était axé sur le changement institutionnel et réglementaire dans un cadre général donnant la priorité à l’exploitation minière à forte intensité de capital et à capitaux étrangers.

Troisième étape : criminaliser les mineurs africains

Il restait un dernier obstacle à franchir pour les sociétés minières transnationales. Certains gisements très prisés étaient déjà occupés par des exploitants miniers à forte intensité de main-d’œuvre. Ils exploitaient principalement de l’or et des diamants. Mais ils étaient également impliqués dans la production d’argent, de cuivre, de cobalt, d’étain, de tantale, de minerai de fer, d’aluminium, de tungstène, de wolframite, de phosphates, de pierres précieuses et semi-précieuses et de minéraux de terres rares.

Au niveau mondial, l’exploitation minière à forte intensité de main-d’œuvre représente jusqu’à 30 % de la production totale de cobalt, 25 % pour l’étain, le tantale et les diamants, 20 % pour l’or et 80 % pour les saphirs.

L’exploitation minière africaine à forte intensité de main-d’œuvre emploie directement des millions de travailleurs sur tout le continent. Elle s’est considérablement développée depuis les années 1980, sous l’effet d’un certain nombre de facteurs. Il s’agit notamment de la hausse des prix des produits de base, en particulier pendant le supercycle de 1999-2012, qui a entraîné une augmentation des salaires et des profits dans l’industrie minière.

Malgré l’importance du secteur pour l’emploi rural, les mineurs africains sont généralement considérés par la Banque mondiale, les gouvernements africains et une partie de la littérature scientifique comme “primitifs”, “basiques”, “inefficaces”, “rudimentaires” et “improductifs”.

En 2017, 70 000 mineurs ont été déplacés par l’armée et la police ougandaises pour faire place à une société minière cotée en bourse au Canada. À propos de ce déplacement, un représentant du gouvernement ougandais a déclaré :

Ces gens (les mineurs ougandais) qui plaisantent encore devraient se ressaisir. Je ne suis pas seulement directeur (au ministère), mais aussi commandant de l’unité de protection des minéraux de la police ougandaise. Ainsi, les mineurs illégaux qui se comportent encore comme ceux de Mubende (qui ont été expulsés) devraient plier bagage et quitter les mines, faute de quoi mes forces de police les aideront à le faire.

Cette déclaration illustre bien la considération généralement accordée aux mineurs africains dans le cadre du processus de (ré)industrialisation des mines à forte intensité de capital et détenues par des intérêts étrangers. Déplacés de force et écartés des meilleurs gisements, les mineurs africains sont contraints de travailler dans des zones moins productives.

L’acte final ?

Les récentes révisions du code minier et des politiques menées par des gouvernements africains tels que la Tanzanie, la RDC, la Sierra Leone et le Malawi ont commencé à s’opposer à cette domination. Ils s’inspirent de la Vision minière africaine, un cadre élaboré par l’Union africaine en 2009 pour approfondir les liens entre l’exploitation minière sous contrôle étranger et les économies nationales. Cette vision vise également à renforcer la capacité des gouvernements à négocier avec les sociétés minières étrangères et à obtenir d’elles des avantages en termes de développement.

Mais ces mesures ne constituent pas une remise en question fondamentale du modèle dominant d’industrialisation minière à forte intensité de capital et à capitaux étrangers sur le continent. Elles restent très éloignées de la période antérieure de souveraineté des ressources africaines des années 1960 et 1970.

Une version orginale plus longue de cet extrait a été publiée dans Review of African Political Economy (ROAPE).

Ben Radley, Lecturer in International Development, University of Bath

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.