Categories
Culture Diaspora La Une de l'actualité africaine par Tama Média Tama Média site d'actualité africaine blog

Nollywood : comment le cinéma nigérian s’est imposé face aux grandes industries cinématographiques ?

Par Ambre Delcroix
May 14, 2023
7 min

Au Sundance, Tribeca ou encore à Toronto, les productions cinématographiques nigérianes font désormais partie des sélections des festivals les plus prestigieux. Ce phénomène qui se développe à une vitesse fulgurante depuis les années 1990, dépasse aujourd’hui le géant américain Hollywood et talonne les indiens de Bollywood. Comment est née cette industrie, d’où viennent les fonds, quels sont les relations avec le reste du monde ?

nollywood paris cinema nigerian 1

Pour répondre à ces questions, nous avons interviewé Serge Noukoue, fondateur du Nollywood Week dont la dixième édition se déroule à Paris, en France, du 11 au 14 mai 2023.

Comment est né le phénomène Nollywood ? 

Nollywood - Comment le cinéma nigérian s’est imposé face aux grandes industries cinématographiques du monde ?

Dans les années 1970, le Nigéria avait déjà une culture du cinéma, mais le phénomène Nollywood est né dans les années 1990 d’une manière quasi accidentelle. Les contenus disponibles à cette époque provenaient pour beaucoup de l’étranger, d’Amérique, d’Inde, de Chine, etc.

La légende raconte que les premiers à avoir fait des films étaient des importateurs de matériels de diffusion, notamment des cassettes VHS. A l’époque, les salles de cinéma étaient fermées à cause d’une crise dont souffrait le pays. L’un des exportateurs de matériel a eu l’idée d’enregistrer sur ces VHS des vidéos racontant les histoires locales. C’est ainsi qu’a été tourné le film « Leaving in bondage », celui qui a lancé cette industrie en 1992. Le succès a été au rendez-vous immédiatement. Certainement parce que la population était sevrée d’images locales. 

Les films nigérians abordent principalement des thèmes comme l’amour, la trahison ou encore la vengeance. Mais au fil du temps le spectre s’est élargi. Les thèmes se sont diversifiés pour plaire à un public de plus en plus exigeant. Le nombre de productions s’est multiplié, l’intérêt du public a été direct et croissant et trente ans plus tard cette industrie fait partie des plus grandes au monde en termes de volume de production.

Quel est l’ampleur de Nollywood au Nigéria aujourd’hui ? 

Avec environ deux mille films produits par an, deux cent trente-sept salles à travers le pays, le cinéma vitrine du Nigéria génère une quantité importante d’emplois directs et indirects dans le pays. Du réalisateur au colleur d’affiches, en passant par les marketeurs, le nombre d’emplois générés font de Nollywood le deuxième employeur du pays après l’agriculture. 

En termes monétaires, les chiffres connus datent de 2015 et nécessiteraient une petite mise en jours mais déjà à l’époque, cette industrie représentait 1,5% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays, soit plus de quatre milliards d’euros. Sachant que le PIB du Nigéria est le plus gros du continent africain, cela montre l’importance de cette industrie déjà sur le continent. Ce sont des films qui génèrent des revenus importants pour la population. Le film « Leaving in bondage », par exemple, a été tourné en deux semaines avec un budget de mille dollars pour finalement rapporter plus de cent quarante mille dollars. D’un point de vue plus sociétale, la révolution créatrice émanant de la population avec le phénomène Nollywood permet de raconter des histoires, qui, depuis des générations ont rarement été filmées sur le continent.

Que représente Nollywood dans l’industrie cinématographique face aux géants de Bollywood (en Inde) et la planète américaine Hollywood ?

Le phénomène Nollywood a très vite attiré l’attention des experts des médias et du cinéma du reste du monde. Aujourd’hui un film peut sortir via Nollywood et rapporter plus d’un milliard de dollars. De nombreuses collaborations se sont mises en place avec les différents producteurs mondiaux désormais conscients de l’existence de ce marché rentable. Les bailleurs de fonds et les plateformes numériques ont réalisé l’opportunité que représente cette industrie et y investissent également. Tout cela a fait qu’aujourd’hui, le Nigeria se place au deuxième rang mondial en matière de production derrière le géant indien Bollywood. Néanmoins, malgré son succès, Nollywood reste loin des mastodontes comme Hollywood avec son système de studios pesant plusieurs milliards de dollars chacun. La structuration de Nollywood se fait principalement sur la base de petits entrepreneurs avec une organisation plus artisanale. Ce sont des axes d’améliorations sur lesquels il faut encore travailler.

Vous co-organisez la 10ème édition du Nollywood Week à Paris du 11 au 14 mai. Comment ce festival est-il né ?

Nollywood week cinema nigerian 2023

Nous avons créé Nollywood Week parce que nous voulions qu’il soit possible en France, de rencontrer et nourrir le public intéressé par un contenu africain qui parle au grand public. Le cinéma nigérian a été choisi parce que c’est déjà une industrie commerciale créée par les consommateurs pour les consommateurs. Nous voulions valoriser des films financés localement, adressés aux africains directement et non des réalisations financées par l’extérieur dont le sujet n’était pas toujours attractif pour les africains ou la diaspora. Après dix ans de festival, nous avons réalisé que le phénomène Nollywood a influencé le reste du continent en montrant un modèle qui permet de produire localement et d’être rentable financièrement sans dépendre des aides extérieures.

De manière générale, Nollywood Week attire un public hétéroclite composé d’étudiants, de jeunes professionnels, de personnes de la diaspora désireux de voir des films africains qui racontent la vie du continent. Notre public vient également de province et d’autres pays européens, notamment d’Angleterre et de Belgique. Pendant le festival, nous proposons une quinzaine de séances et nous prévoyons d’accueillir entre trois mille à cinq mille personnes cette année. Pour sensibiliser le jeune public, une séance leur est particulièrement dédiée ce dimanche 14 mai à 10h.

Quel est l’intérêt de Nollywood Week pour les professionnels du cinéma ?

Nous avons plusieurs exemples de rencontres faites via les tables rondes, les ateliers qui ont permis de belles réalisations. Certains films présentés au Nollywood Week, sont ensuite partis pour des festivals prestigieux et d’autres ont été produits grâce à des rencontres faites pendant le festival. Coudney Afolayan, un réalisateur star du pays a pu, il y a quelques années, grâce au festival, signer des partenariats avec Air France et Peugeot qui souhaitaient se développer au Nigéria. L’an dernier le film « Juju Stories » qui est issu de la rencontre avec un producteur français l’année précédente, est parti dans des festivals internationaux.  Pendant cette édition 2023, nous projetterons deux films faits par deux réalisateurs nigérians basés à Lagos qui se sont rencontrés à Paris lors du festival 2019. L’un est le producteur du film de l’autre et inversement, c’est un exemple assez cocasse. Ces belles histoires nous confirment que le festival Nollywood Week a une raison d’être, qu’il peut casser les barrières pour permettre à tous les talents de travailler ensemble et rendre le cinéma nigérian ou africain encore plus accessible.