Categories
Économie Explique-moi Grands entretiens Tama Média La Une de l'actualité africaine par Tama Média Monde Tama Média site d'actualité africaine blog

Suspension de l’Accord céréalier de la mer Noire : quelles conséquences sur la sécurité alimentaire mondiale ?

Par Ambre Delcroix
Aug 08, 2023
6 min

L’Accord de la mer Noire, signé le 22 juillet 2022, à Istanbul, en Turquie, porte sur l’exportation des céréales ukrainiennes notamment vers l’Afrique. Il n’est plus exécuté depuis le 17 juillet suite au retrait de la Russie ayant invoqué le non-respect de certaines obligations. Le Kremlin lie son retour dans l’accord à la mise en œuvre de « conditions nécessaires ».


7846E517 82E1 4FE9 9FE4 063A95019C65


Pour le politologue camerounais Christopher Fomunyoh, directeur régional du think-tank américain National Democratic Institute (NDI) et membre de Grain d’Ukraine, groupe d’ambassadeurs de bonne volonté pour l’Afrique au sein de l’initiative céréalière de la mer Noire, la décision de la Russie « met en péril une route commerciale essentielle à la sécurité alimentaire et l’accès des populations du monde entier aux approvisionnements en céréales et engrais ». Entretien.


Qu’est-ce que l’Accord céréalier de la mer Noire ?

Cet accord, signé par la Russie, l’Ukraine, la Turquie et les Nations Unies, devait permettre l’exportation des céréales ukrainiennes vers des pays vulnérables, malgré la guerre en Ukraine.

Signé le 22 juillet 2022 à Istanbul, après un an d’application, l’accord a permis d’exporter environ 33 millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles.

Certains pays du Moyen-Orient et d’Afrique ont pu notamment bénéficier de cet accord. L’Éthiopie et la Somalie ont reçu plus de 110.000 tonnes de céréales. Le Kenya, frappé par une sécheresse inédite, a bénéficié d’une livraison de 30.000 tonnes de céréales et 40.000 tonnes de céréales ont été livrées au Yémen.

D’autres pays étaient en considération pour recevoir des livraisons, mais le retrait soudain de la Russie a mis fin à l’accord et rendu caducs les engagements pris.

Je fais partie du groupe d’ambassadeurs de bonne volonté pour l’Afrique au sein de l’initiative céréalière de l’Ukraine, #Grain d’Ukraine. Née en novembre 2022, cette initiative consistait à faire un plaidoyer en faveur de l’approvisionnement de l’Afrique en céréales ukrainiennes.

Quelles sont les raisons du retrait de la Russie ?

Le 17 juillet dernier, la Russie a décidé de se retirer de cet accord. Elle prétend que certaines obligations n’ont pas été respectées. Il est difficile de comprendre si ce sont des manquements de l’Ukraine ou si cette décision est motivée par des sanctions qui lui ont été imposées par des pays occidentaux.

Lors du dernier Sommet Russie-Afrique, le 27 juillet, le président Vladimir Poutine avait promis notamment au Burkina Faso, au Mali et à l’Érythrée de leur donner accès aux céréales russes. La Russie reconnaît donc la nécessité pour ces pays de bénéficier d’un tel soutien, mais elle ne veut pas que les céréales ukrainiennes soient distribuées.

On ne manquera pas de noter que les pays susmentionnés sont des alliés de la Russie par rapport à ses actions de guerre en Ukraine. Dans ces pays, il y a également plus ou moins une présence active du groupe Wagner, l’organisation paramilitaire privée russe.

Ce retrait met en péril une route commerciale essentielle à la sécurité alimentaire et l’accès des populations du monde entier aux approvisionnements en céréales et engrais. Tout en se retirant de cet accord qui empêche désormais l’Ukraine d’exporter ses céréales, la Russie ouvre de son côté des accès à ses propres céréales aux pays africains précédemment cités.

À mon sens, c’est un acte inédit qui peut être assimilé à un chantage envers la communauté internationale. Car il serait inadmissible qu’un pays puisse se servir de sa capacité à mettre en danger des populations déjà vulnérables pour imposer des conditions de négociation. Ce n’est pas un comportement humaniste et cela devrait susciter plus de réactions de l’opinion internationale.

Quels sont les impacts à court, moyen et long terme du retrait de la Russie ?

Dans l’immédiat, ce retrait entraîne un arrêt de l’initiative et de la livraison des céréales bénéfiques aux pays vulnérables.

En plus de se retirer de l’accord, la Russie a également procédé au bombardement de certaines infrastructures dans la cité portuaire d’Odessa, le port principal d’exportation des céréales en Ukraine.

Un stock significatif de plus de 160.000 tonnes de céréales stockées dans la ville de Chernomorski a aussi été détruit. En plus, la Russie menace désormais de considérer tous les bateaux dans la zone de ce canal de circulation comme des cibles potentielles d’attaque. L’objectif est d’effrayer et de freiner toute démarche allant dans le sens de l’utilisation de ce port pour l’exportation des céréales ukrainiennes.

À moyen terme, on doit s’attendre à une segmentation des prix des denrées de première nécessité à travers le monde. Plusieurs pays verront leurs populations privées de l’accès à la nourriture, mettant ainsi leur sécurité alimentaire en danger.

Sur le long terme, on risque également de voir se redessiner la carte des exportations de céréales sur le plan mondial si des pays comme la Chine optaient pour des alternatives à l’achat de céréales venues d’Europe.

En parallèle, la Russie négocie de son côté avec la Turquie la possibilité de faciliter une augmentation des exportations russes à travers le monde.

Quelles seraient les conditions de la Russie pour relancer l’accord ?

En supposant que les revendications principales de la Russie pour relancer les négociations portent sur la levée des sanctions imposées par les pays occidentaux, il serait injuste que des pays vulnérables en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient souffrent des conséquences de la guerre déclenchée contre l’Ukraine par la Russie.

J’ai bon espoir que les Nations Unies s’impliqueront davantage dans cette situation pour voir dans quelles mesures elles pourraient ramener la Russie à la raison pour rétablir l’accord et faciliter un accès équitable des pays vulnérables aux céréales ukrainiennes ou russes. Le chantage alimentaire à l’échelle globale n’a pas sa place au 21e siècle.