Categories
Économie La Une de l'actualité africaine par Tama Média Le Lab Afrique Tama Média site d'actualité africaine blog

Le nouveau système de change en ligne de l’Afrique permettra d’effectuer des paiements transfrontaliers en monnaie locale : ce qu’il faut savoir

Par Redaction
Jan 12, 2024
6 min

Le coût élevé des paiements transfrontaliers sur le continent africain a poussé les gouvernements du continent à chercher des options pour régler les échanges commerciaux et autres transactions dans les monnaies locales. Cela a donné naissance au Système panafricain de paiement et de règlement, dont la mise en service est prévue pour 2024 sous la direction du Kenya. L’économiste du développement Christopher Adam, qui a étudié les politiques de change des pays africains, répond à quelques questions clés.

banque en Afrique

Naissance du système de change en ligne panafricain et de règlement. Pourquoi les pays africains sont-ils exposés sur le marché international des devises ?

Il y a trois raisons principales. Premièrement, les économies africaines sont de petite taille et, en tant que telles, dépendent fortement du commerce avec le reste du monde. Leurs exportations sont dominées par les matières premières, notamment le pétrole et le gaz, les minerais et les cultures de rente. Du côté des importations, ils achètent toute une série de biens – des produits de base essentiels qui ne sont pas produits dans le pays, tels que la nourriture, les médicaments, les biens d’équipement et l’énergie. Une grande partie de ces produits provient de la Chine et d’autres grandes économies du Nord. Mais comme les pays africains sont petits par rapport à leurs partenaires commerciaux, ils ont rarement le pouvoir de déterminer les prix des importations et des exportations. Ils n’ont aucune influence sur les prix. Et comme les prix mondiaux sont fixés dans les principales monnaies de réserve du monde (le dollar américain, l’euro, le yen et le renminbi), les pays africains sont exposés aux fluctuations de ces prix mondiaux.

Deuxièmement, le commerce “intra-africain” représente encore une proportion relativement faible du commerce total des pays africains.

Enfin, comme les monnaies des pays africains ne peuvent généralement pas être échangées directement dans les transactions internationales, le dollar reste la monnaie la plus utilisée dans les échanges, même entre les pays africains.

Qu’est-ce qui est nécessaire pour que le système démarre ?

Naissance du système de change en ligne panafricain et de règlement

L’idée de base du système est de pouvoir régler les échanges entre les pays africains sans avoir à utiliser le dollar américain.

Cela pose deux problèmes majeurs. Premièrement, le commerce intra-africain représente moins de 15 % des exportations africaines à l’heure actuelle (bien que les partisans de la zone de libre-échange continentale africaine s’attendent à ce que ce chiffre augmente de manière significative au cours des prochaines décennies). Le système de paiement africain n’élimine donc pas complètement le rôle du dollar (ou d’autres devises étrangères) dans le règlement des échanges.

Le deuxième problème est que le commerce n’est pas équilibré entre les pays africains. Par exemple, le Kenya exporte vers l’Éthiopie des biens d’une valeur totale supérieure à celle qu’il importe de ce pays. Si l’Éthiopie payait dans sa propre monnaie, le Kenya se retrouverait avec de la monnaie éthiopienne dont il n’a pas besoin. Une forme de monnaie de règlement acceptable par tous est nécessaire : très probablement le dollar américain.

Quels sont les défis et les risques potentiels ?

Étant donné que les échanges commerciaux sont rarement instantanés, une institution de la chaîne de financement du commerce assume le risque de change. En raison de l’écart entre la commande d’importations et leur réception pour les vendre dans l’économie locale, il y a un risque que la valeur de la monnaie locale change par rapport à la monnaie dans laquelle l’importation est libellée.

Dans l’“ancien” système, ce risque est supporté par l’opérateur car le prix est fixé en dollars. La valeur en monnaie locale du revenu des exportations ou le coût en monnaie locale des importations variera en fonction des mouvements entre la monnaie locale et le dollar, mais les banques et les contreparties qui fixent les prix en dollars sont protégées.

Dans le nouveau système, la même répartition des risques subsistera dans le “commerce extérieur”. Ce risque de change existe également pour le commerce intra-africain.

Il y a une autre question importante pour le nouveau système de paiement africain : qui supporte le risque de change si une monnaie africaine se déprécie par rapport à une autre ? Est-ce l’importateur ou l’exportateur qui doit supporter le risque ? Le système de paiement africain peut-il et doit-il supporter lui-même ce risque de fluctuation des taux de change ? Lorsque les deux monnaies sont volatiles, les négociants peuvent encore préférer la stabilité relative du règlement par l’intermédiaire du dollar américain.

Le succès de ce système dépend également de son ampleur. Plus les échanges commerciaux transiteront par ce système, plus il sera facile d’effectuer des règlements en monnaie locale. Les grands déséquilibres monétaires seront moins fréquents. Mais jusqu’à ce que le système atteigne cette échelle, le système de paiement africain aura besoin d’un bilan solide pour que les négociants et les participants puissent avoir confiance dans la rapidité et l’absence de risque du règlement. La manière d’y parvenir n’est pas claire pour le moment.

Quel est le scénario idéal ?

Si le système parvient à résoudre le problème du déséquilibre commercial, à clarifier la gestion des risques et à s’étendre, il pourrait connaître un grand succès. Mais tout cela dépendra des performances économiques sous-jacentes. L’amélioration des règlements aidera, mais ce qui est vraiment déterminant, c’est la structure du commerce. Plus les économies africaines pourront développer le commerce intra-africain et moins elles seront dépendantes du commerce extra-africain, moins la dépendance à l’égard du dollar sera importante. Cette croissance du commerce dépend dans une certaine mesure du règlement et du financement des échanges, mais beaucoup plus de la production, de la consommation, de la politique commerciale et de la politique fiscale.

Christopher Adam, Professor of Development Economics, University of Oxford

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.