Categories
Les Vérificateurs La Une de l'actualité africaine par Tama Média sécurité Tama Média site d'actualité africaine blog

Cette vidéo montre-t-elle des terroristes arrêtés dont des Français par la police nigériane ? Non

Par Sagaïdou Bilal
Mar 18, 2023
7 min

Chaque dimanche, l’équipe des vérificateurs de Tama Média vous propose un article de fact-checking. Cette semaine décryptage d’une vidéo venue du Nigeria.

Un compte Twitter a récemment posté une courte vidéo d’un média nigérian. L’auteur prétend ainsi montrer l’arrestation « des terroristes dont des ressortissants français » par la police nigériane. Ce qui s’est avéré faux.

Screenshot 20230317 053337 Chrome

La courte vidéo dure une minute et quarante secondes. Elle a été postée par un compte Twitter identifié @minista_lalo, le 14 mars 2023, à 20h 41 minutes. L’on peut y apercevoir des hommes en tenues militaires et d’autres en civils, des armes, des munitions, de l’argent. On y voit également un homme visiblement un haut gradé de la police nigériane aux micros des journalistes, nommé Sanussi Buba, s’exprimant en haussa. « SOS. Urgent. La police nigériane ont arrêté des terroristes dont des ressortissants français avec d’énormes sommes d’argent, une somme de deux millions deux cents euros et des machines gun qui peux neutralisé des avions [sic] », lit-on dans le tweet accompagnant la séquence vidéo.

https://twitter.com/minista_lalo/status/1635743070388887552?t=JfyYZ2G71wv-mFq3342OBQ&s=19

En regardant toujours la séquence, on voit certains détails qui pourraient permettre de retrouver son origine : le logo JAKADIYA TV, celui de YouTube, le nom de celui qui parle aux médias. De plus, certains internautes ne sont pas du même avis : « Mais là, il [le policier] parle de la monnaie et non des ressortissants français. Soit tu fais ça exprès, où tu ne comprends pas le Hausa. SVP faites un effort, utilisez vos cerveaux ! On ne peut mener une lutte contre l’injustice en s’appuyant sur des mensonges ! », a tenté de démentir ce twittos.

De quoi parle réellement la vidéo ?

Screenshot 20230317 062331 Facebook
Capture d’écran de la vidéo originale publiée sur la page Facebook du média nigérian Jakadiya TV, consultable ici.

Une simple recherche inversée d’images, ou des simples recherches sur Google avec “Jakadiya TV” comme mots-clés, permettent de retrouver le contexte exact de la vidéo. Elle a été postée le 25 janvier 2021 sur la page Facebook Jakadiya RTV, une autre vidéo du même événement publiée à la même date sur la chaîne YouTube du média. Toutes deux légendées en haussa, une langue parlée au Niger, au Nigeria et dans d’autres pays en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Nous avons montré le tweet de la petite séquence vidéo faussement légendée à un Nigérien basé au Niger et une Malienne ayant grandi au Niger, tous deux parlant bien le haussa. « Ce sont des coupeurs de route qui attaquent dans le katsina nigérian, ils ont des armes lourdes capables d’attaquer les équipements aériens [avions] et terrestres. Tout en utilisant des motos. Ils ont des billets en Naira et en Euro. », nous a fait savoir Zakariyaou Matoti, le Nigérien.

Abondant dans le même sens que Zakariyaou, l’enseignante Fatouma Harber, également journaliste et blogueuse basée à Tombouctou, une ville malienne, nous explique les propos du policier Sanussi Buba, celui qui s’exprime dans la vidéo : « Vous les voyez, ce sont des munitions qui ont été prises avec les « rebelles ou les révoltés ». Avec ces armes, on peut descendre des avions. On les appelle AA anti Aircraft. On a aussi pris de l’argent avec eux, des billets du Nigeria (naira) et des billets de francs CFA. L’argent (franc cfa), c’est 3 millions et quelque francs. Nous pouvons dire que cette menace nous vient de là-bas (allusion à un pays francophone frontalier sans dire le nom, le Niger) », nous traduit Fatouma Harber. Avant de préciser : « Quand un Nigérian dit « in haranchi », il parle de francophone. J’ai vu que dans le tweet, la personne essaie de se baser sur les mots pour parler d’une implication française. Ce n’est pas ce que le militaire nigérian soutient. »

Nous avons aussi effectué des recherches sur le moteur de recherche Google à partir des mots clés “press conference by cp sanussi buba 2021”. Dans les archives du média nigérian The Eagle Online, on retrouve le compte-rendu de la conférence de presse publié la même date, intitulé “Police arrest arms supplier to bandits in Katsina”. Ce qui peut se traduire littéralement par : “La police arrête un fournisseur d’armes à des bandits à Katsina”. Comme beaucoup d’autres journaux nigérians consultés — notamment The Nation — l’ont rapporté à l’époque, il s’agit de l’arrestation de Haruna Yusuf, suspecté par la police nigériane d’être un trafiquant d’armes, avec sa bande. “Il a déclaré à la police qu’il recevait habituellement les armes et les munitions de la République du Niger et les remettait à Lawan Zayyana, Haruna Adamu et Auwal Abubakar, qui les remettaient à leur tour aux bandits dans la forêt”, rapporte alors The Eagle Online. La somme en CFA récupérée sur eux s’élève à 3 413 500 francs, rapporte toujours le journal, ainsi que d’autres objets comme des lampes torches, des chargeurs de téléphones portables […], en plus de munitions. Ce qui corrobore les explications des personnes que nous avons sollicitées pour nous traduire les propos du commandant de police Sanussi Buba, tenus en haussa dans la vidéo.

Screenshot 20230317 070731 Chrome

Opération des forces armées nigériennes

Par ailleurs, le Niger comme le Nigéria, deux pays voisins situés en Afrique de l’Ouest, font tous deux face à l’activisme des groupes djihadistes depuis plusieurs années comme au Mali et au Burkina Faso. « Depuis quelques mois, des combats sanglants opposent l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO) et Boko Haram (aile Bakoura). Cette situation a obligé plusieurs familles de l’aile Bakoura à quitter la forêt de Sambissa pour tenter de rejoindre le Niger afin de trouver refuge dans le lac Tchad (côté Niger). », peut-lire dans un récent bulletin d’information de l’état-major nigérien.

Dans ce bulletin d’information, il informe que « grâce à la vaillance de nos forces de Défense et de Sécurité, l’ennemi a pu être détecté et intercepté à temps avant qu’il ne rejoigne le Lac. Aussi, une trentaine de terroristes ont été neutralisés et 960 d’entre eux, ainsi que leur famille (de nombreux enfants et femmes) ont été interpellés entre le mardi 7 et le samedi 11 mars ».

Il est donc à noter que c’est dans ce contexte que le détournement de la vidéo du média nigérian est intervenu. Mais aussi dans un contexte où la présence militaire française est de plus en plus décriée au Niger, depuis son retrait du Mali et la dénonciation des accords militaires liant Burkina Faso à la France, respectivement en août 2022 et janvier 2023.

Ce qu’il faut retenir

En résumé, nous pouvons conclure que la vidéo faussement légendée sur Twitter est un extrait d’une vieille vidéo du média nigérian Jakadiya TV, mise en ligne le 25 janvier 2021 et d’une durée de 2ms55s. Elle n’a rien à voir avec une quelconque implication des ressortissants français qui auraient été arrêtés par la police nigériane pour des activités suspectes en lien avec le terrorisme comme le fait croire l’auteur de l’infirmation dans son tweet.