Categories
Les Vérificateurs La Une de l'actualité africaine par Tama Média sécurité Tama Média site d'actualité africaine blog

[Fact-check] 4 indices qui prouvent que cette vidéo ne montre pas des militaires burkinabè déployés au Niger

Par Christian Allahadjim
Aug 17, 2023
6 min

Alors que la Cédéao maintient l’option militaire, une vidéo montrant un supposé groupe de militaires burkinabè déployés au Niger tourne en boucle sur Twitter et TikTok. Mais il s’agit en réalité d’une fake-news. On vous donne quatre indices qui prouvent que cette vidéo ne montre pas des militaires burkinabè déployés au Niger.

Fake news soldats Burkinabe au Niger

La vidéo, d’une durée de 41 secondes, montre un groupe de militaires (béret rouge) lourdement armés, en file indienne. Elle a été postée par le compte Tonton Mambé le 5 août sur le réseau social X (ancien Twitter), soit à la veille de l’expiration de l’ultimatum donné par la Cédéao aux putschistes nigériens pour restaurer l’ordre constitutionnel. Elle a fait l’objet de plus de 400 retweets. Sur la vidéo (lien vers un compte facebook), le logo de la chaîne Afrique Média apparaît en haut à droite de l’écran et à la fin de la séquence.

La légende qui accompagne la vidéo indique que les soldats appartiennent à l’armée burkinabè, déployés au Niger pour prêter main-forte aux putschistes en cas d’intervention de la Cédéao. Est-ce que tout cela est vrai ? Non ! L’équipe des Vérificateurs de Tama Média donne quatre indices qui prouvent que cette vidéo ne montre pas des militaires burkinabè déployés au Niger, mais plutôt une manipulation de l’opinion.  

1. Drapeau camerounais

Le premier détail qui a attiré notre attention est le drapeau vert, rouge, jaune avec une étoile au milieu accroché sur la manche droite des tenues de ces soldats. A l’œil nu et en bon historien, l’on détermine que ce drapeau est celui du Cameroun, voisin du Tchad et du Nigéria. Il est bien différent du drapeau burkinabè qui est rouge et vert, avec une étoile au milieu.

Dans la vidéo, on a aussi la présence des policiers non armés qui semblent encadrer le groupe de militaires. L’on y voit des policiers arborant le drapeau camerounais marcher aux côtés de ce groupe de militaires

2. Plaque d’immatriculation

Deuxième détail : la présence des véhicules civils avec la plaque d’immatriculation du Cameroun. Cet indice prouve que ces soldats, camerounais, sont bel et bien en territoire camerounais. L’on ne peut donc prétendre que des soldats burkinabè sont en territoire nigérien alors qu’on identifie clairement des véhicules immatriculés au Cameroun. 

3. Logo d’un média identifié prorusse

Sur la vidéo, l’on peut apercevoir le logo de la chaîne de télévision Afrique Média, qui, selon son site internet, est basée à Douala, au Cameroun. Dans une série de publications postées sur X, le 27 juillet 2023, le Collectif All eyes on Wagner a notamment établi un lien de partenariat entre Afrique Média et Russia Today, avec une photo d’illustration montrant le patron de Afrique Média TV, Justin Tagouh.

4. Démenti formel d’Afrique Média

Nous n’avons pas été en mesure de retrouver la vidéo sur les différentes plateformes d’Afrique Média. Contacté via un e-mail par Tama Média, pour vérifier l’authenticité de la vidéo, la chaîne de télévision se définissant panafricaine a apporté un démenti formel : « Cette vidéo ne vient pas de chez nous bien que portant notre logo. », a-t-elle avancé. A en l’en croire, « un internaute [l’aurait] sûrement fait pour donner du crédit à sa vidéo ».

« Cette video a été filmée au Cameroun. Les plaques d’immatriculations des voitures et la tenue des policiers autour sont ceux du Cameroun. La tenue par contre [Afrique Média] ne peut confirmer de quelle unité il s’agit. », a indiqué le média dont la vidéo porte son logo, contacté via ses coordonnées laissées sur la page « A propos de nous » de son site.

Ce qu’il faut retenir

Tama Média a également montré la vidéo à des journalistes camerounais. Ils soutiennent tous qu’il s’agit en réalité des éléments des forces spéciales du Cameroun appartenant au Bataillon des Troupes Aéroportées (BTAP).

Mieux, « une source militaire camerounaise a confirmé à l’AFP sous couvert d’anonymat qu’il s’agissait bien de soldats camerounais, et plus précisément de “forces spéciales” portant le béret rouge. », peut-on lire dans un article de vérification d’AFP Factuel, mis en ligne le 11 août 2023. Comme nos confrères, nous ne sommes pas en mesure de donner le contexte exact dans lequel la courte vidéo est tournée au Cameroun.

Par ailleurs, il faut noter que les autorités burkinabè et maliennes ont affiché leur soutien aux putschistes nigériens et ont même déclaré être prêtes à leur prêter main-forte en cas d’intervention de la Cédéao. Il est aussi vrai que des officiels burkinabè et maliens ont été reçus à Niamey par les putschistes. Pour le moment, aucune voie officielle ni du Burkina ni du Niger n’a confirmé le déploiement d’un tel contingent. Il s’agit là d’une fake-news, avec pour but de manipuler l’opinion très enthousiasmée de la prise de position des autorités burkinabè et maliennes. 

Depuis leur prise de pouvoir, le 26 juillet, les putschistes nigériens sont sous pression de la communauté internationale. La Cédéao menace d’intervenir militairement pour rétablir dans ses fonctions le président Mohamed Bazoum. Face à cette menace, les nouvelles autorités nigériennes ont reçu le soutien du Mali et du Burkina, tous deux mis sur le banc de touche par la Cédéao. Réunis ce jeudi, les chefs d’Etat de cette organisation ont maintenu l’option militaire si les putschistes ne libèrent pas le président Mohamed Bazoum.

Christian Allahadjim

By Christian Allahadjim

Correspondant à N'Djamena au Tchad