Categories
Le Lab Afrique La Une de l'actualité africaine par Tama Média Politique Tama Média site d'actualité africaine blog

“Repenser les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest”

Par Ambre Delcroix
Mar 14, 2023
5 min

Jeunesse en colère, élections dénoncées, reconduction abusive de mandats, autocratie affichée, constitutions révisées à souhait, pratiques autoritaires inexpugnables, la démocratie dans les pays d’Afrique de l’Ouest est au cœur de tous les débats. Le Think Thank Afrikajom, présidé par Alioune Tine a organisé à Dakar, du 8 au 10 mars, un colloque sur le thème : « Repenser les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest ».

Democratie afrique Dakar Afrikajom 1
Colloque « repenser les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest », organisé par le Think Tank Afrijajom à Dakar.

Une situation alarmante pour la démocratie en Afrique de l’Ouest

Depuis l’émergence des États Nations au lendemain des indépendances, la démocratie en Afrique n’a eu de cesse d’évoluer en dent de scie et l’actualité des derniers mois, entre coups d’État ou élections bafouées, n’a fait que renforcer le sentiment de crise vis-à-vis de la démocratie africaine.  La fragilité et l’érosion de la démocratie en Afrique de l’Ouest n’étant pas un problème surgi ex nihilo depuis la dernière vague de changement des années 1990, le colloque « Repenser les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest » se voulait un lieu de réflexions collégiales et de mise en exergue de solutions concrètes pour en finir avec cette crise démocratique dont souffre l’Afrique de l’ouest. 


Ouvrant le colloque, Alioune Tine, fondateur de Afrikajom, a soutenu que « la crise de plus en plus grave de l’Etat de droit, de la gouvernance, des élections et de la sécurité, le reniement des autorités de leurs engagements internationaux en matière de droits humains et de démocratie, mais surtout, le syndrome de la présidence à vie sont les nouvelles pathologies de la démocratie en Afrique de l’Ouest. La situation des droits de l’Homme en Afrique est catastrophique et la région aujourd’hui en danger, risque d’exploser car il s’y joue un vrai drame humain renforcé par l’instabilité et l’insécurité grandissants dans la région ouest-africaine ». Étaient invités au colloque : représentants de la société civile, ministres, journalistes, ambassadeurs, chercheurs, religieux, représentants des femmes et des jeunes. Le Think Tank a voulu des panélistes et des participants aux divers horizons pour “repenser les transitions démocratiques en Afrique de l’Ouest“.

Crise de l’État de droit, de la citoyenneté et de la démocratie, inclusion des jeunes, des femmes, des religieux et coutumiers, enjeux sécuritaires, défis de la gouvernance, cohérence des politiques publiques, économiques, sociales, culturelles et écologiques, impact de la révolution numérique et digitale sur la démocratie dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. C’est cette longue liste de préoccupations plurielles qui a été au cœur des débats pendant ces trois jours. Au sortir du colloque, des recommandations ont été formulées. Une invitation a également été lancée à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Africaine à poursuivre efficacement leurs soutiens aux transitions démocratiques. 


Des recommandations précises pour une transition incontournable

Le fruit du travail et de la concertation de ces acteurs pluridisciplinaires a été résumé sous quatorze recommandations constituant des guidelines pour repenser la démocratie et l’État de droit dans une Afrique de l’Ouest sous le couperet d’une explosion généralisée.

Parmi elles : 

  • – Promouvoir l’éthique, la garantie de la transparence, la sécurité humaine en liant la démocratie, l’Etat de droit, l’économie, avec l’effectivité des droits sociaux, économiques et culturels par la mobilisation de l’intelligence collective tout en misant sur les richesses endogènes ;
  • – Travailler davantage pour garantir l’indépendance de la justice, du pouvoir judiciaire et mettre fin à l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques et répressives ;
  • – Renforcer le rôle des Parlements nationaux et de la CEDEAO afin qu’ils se mettent au service de la paix et de la stabilité démocratique ;
  • – Inviter les pays en transition militaire à organiser une transition démocratique encadrée, inclusive et apaisée à travers l’ouverture de l’espace civique, le respect des libertés fondamentales et la libération des détenus politiques ;
  • – Favoriser le développement de nouveaux mécanismes contre le présidentialisme excessif en Afrique en renforçant l’indépendance des organes de contre-pouvoir ;
  • – Mettre en relief le récit africain dans l’éducation, la culture et la mémoire collective
  • – Renforcer le développement du leadership féminin ;
  • – Promouvoir la forte participation des jeunes à la délibération publique.

Afrikajom un laboratoire d’idées pour “la construction d’une Afrique plus juste et équitable

Alioune TINE Afrikajom

Alioune Tine, 73 ans, expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Mali, est un ancien Président de la Raddho (Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme), ancien Président du Comité Sénégalais des Droits de l’Homme et ancien Directeur Régional d’Amnesty international. En 2018, il crée AfrikaJom, un Tink Tank qui réunit, universitaires, intellectuels, activistes, bloggers, militants, fonctionnaires, des femmes et des hommes de bonnes volontés, d’horizons divers, s’appuyant sur les valeurs africaines et internationales les plus positives pour anticiper les défis, soulever les opportunités pour construire l’avenir du continent africain. Afrikajom Center tente de contribuer à la prévention des conflits et à la construction de la paix, de réinventer une démocratie africaine à bout de souffle, de participer à la formation du jeune leadership et au renforcement des capacités des femmes en Afrique.